Une belle histoire... J'espère que vous prendrez le temps de la lire.

2,870
vues
6
réponses
Dernier message fait il y a environ 14 ans par blueday
dazzlingdebra
  • Créé par
  • dazzlingdebra
  • United States Sr. Member 267
  • actif la dernière fois il y a environ 7 ans

Les lecteurs de ce sujet ont également lu :

  • Everygame Casino - Tournoi freeroll exclusif de 400 $ en mai Pour les joueurs nouveaux et existants - US OK Veuillez noter que la plateforme du tournoi sera uniquement disponible sur ordinateur et...

    Lu
  • BluVegas Casino - Bonus de premier dépôt exclusif Nouveaux joueurs uniquement ! Les joueurs allemands sont les bienvenus ! 200 % jusqu'à 200 €/$ + 50 tours gratuits sur Book of Dead Comment...

    Lu

    BluVegas Casino - Bonus de premier dépôt...

    1 521
    il y a environ 2 mois
  • Cobra Casino - Bonus d'inscription exclusif Réservé aux nouveaux joueurs – les joueurs allemands sont les bienvenus ! Montant : 150% jusqu'à 1000€ Comment obtenir le bonus : Les joueurs...

    Lu

    Cobra Casino - Bonus d'inscription exclu...

    1 510
    il y a environ 2 mois

Veuillez ou s'inscrire pour poster ou commenter.

  • Original Anglais Traduction Français

    The man slowly looked up. This was a woman clearly accustomed to the finer things of life. Her coat was new. She looked like that she had never missed a meal in her life. His first thought was that she wanted to make fun of him, like so many others had done before.

    "Leave me alone," he growled.

    To his amazement, the woman continued standing. She was smiling -- her even white teeth displayed in dazzling rows.
    "Are you hungry?" she asked.
    "No," he answered sarcastically. "I've just come from dining with the president. Now go away." The woman's smile became even broader. Suddenly the man felt a gentle hand under his arm.

    "What are you doing, lady?" the man asked angrily. "I said to leave me alone.

    Just then a policeman came up. "Is there any problem, ma'am?" he asked.

    "No problem here, officer," the woman answered. "I'm just trying to get this man to his feet. Will you help me?"

    The officer scratched his head. "That's old Jack. He's been a fixture around here for a couple of years. What do you want with him?"

    "See that cafeteria over there?" she asked. "I'm going to get him something to eat and get him out of the cold for awhile."

    "Are you crazy, lady?" the homeless man resisted. "I don't want to go in there!" Then he felt strong hands grab his other arm and lift him up.

    "Let me go, officer.  I didn't do anything."

    "This is a good deal for you, Jack," the officer answered. "Don't blow it."

    Finally, and with some difficulty, the woman and the police officer got Jack into the cafeteria and sat him at a table in a remote corner. It was the middle of the morning, so most of the breakfast crowd had already left and the lunch bunch had not yet arrived. The manager strode across the cafeteria and stood by his  table.

    "What's going on here, officer?" he asked. "What is all this. Is this man in trouble?"

    "This lady brought this man in here to be fed," the policeman answered.

    "Not in here!" the manager replied angrily. "Having a person like that here is bad for business."

    Old Jack smiled a toothless grin. "See, lady. I told you so. Now if you'll let me go. I didn't want to come here in the first place."

    The woman turned to the cafeteria manager and smiled. "Sir, are you familiar with Eddy and Associates, the banking firm down the street?"

    "Of course I am," the manager answered impatiently. "They hold their weekly meetings in one of my banquet rooms."

    "And do you make a goodly amount of money providing food at these weekly meetings?"

    "What business is that of yours?"

    "I, sir, am Penelope Eddy, president and CEO of the company."

    "Oh."

    The woman smiled again. "I thought that might make a difference." She glanced at the cop who was busy stifling a giggle. "Would you like to join us in a cup of coffee and a meal, officer?"

    "No thanks, ma'am," the officer replied. "I'm on duty."

    "Then, perhaps, a cup of coffee to go?"

    "Yes, ma'am. That would be very nice."

    The cafeteria manager turned on his heel "I'll get your coffee for you right away, officer."

    The officer watched him walk away. "You certainly put him in his place," he said.

    "That was not my intent. Believe it or not, I have a reason for all this."

    She sat down at the table across from her amazed dinner guest She stared at him intently. "Jack, do you remember me?"

    Old Jack searched her face with his old , rheumy eyes "I think so -- I mean you do look familiar."

    "I'm a little older perhaps," she said. "Maybe I've even filled out more than in my younger days when you worked here, and I came through that very door, cold and hungry."

    "Ma'am?" the officer said questioningly. He couldn't believe that such a magnificently turned out woman could ever have been hungry.

    "I was just out of college," the woman began. "I had come to the city looking for a job, but I couldn't find anything. Finally I was down to my last few cents and had been kicked out of my apartment. I walked the streets for days. It was February and I was cold and nearly starving. I saw this place and walked in on the off chance that I could get something to eat."

    Jack lit up with a smile. "Now I remember," he said. "I was behind the serving counter. You came up and asked me if you could work for something to eat. I said that it was against company policy."

    "I know," the woman continued. "Then you made me the biggest roast beef sandwich that I had ever seen, gave me a cup of coffee, and told me to go over to a corner table and enjoy it. I was afraid that you would get into trouble. Then, when I looked over, I saw you put the price of my food in the cash register I knew then that everything would be all right."

    "So you started your own business?" Old Jack said.

    "I got a job that very afternoon. I worked my way up. Eventually I started my own business, that, with the help of God, prospered." She opened her purse and pulled out a business card. "When you are finished here, I want you to pay a visit to a Mr. Lyons. He's the personnel director of my company. I'll go talk to him now and I'm certain he'll find something for you to do around the office." She smiled. "I think he might even find the funds to give you a little advance so that you can buy some clothes and get a place to live until you get on your feet. If you ever need anything, my door is always opened to you."

    There were tears in the old man's eyes. "How can I ever thank you? " he said.

    "Don't thank me," the woman answered. "To God goes the glory. Thank Jesus. He led me to you."

    Outside the cafeteria, the officer and the woman paused at the entrance before going their separate ways. "Thank you for all your help, officer," she said.

    "On the contrary, Ms. Eddy," he answered. "Thank you. I saw a miracle today, something that I will never forget. And...And thank you for the coffee."

    If you have missed knowing me, you have missed nothing.
    If you have missed some of my emails, you might have missed a laugh.
    But, if you have missed knowing my LORD and SAVIOR, JESUS CHRIST, you have missed everything in the world

    Have a Wonderful Week
    And May God Bless You Always

    L'homme leva lentement les yeux. C'était une femme visiblement habituée aux belles choses de la vie. Son manteau était neuf. Elle avait l’air de n’avoir jamais manqué un repas de sa vie. Sa première pensée fut qu'elle voulait se moquer de lui, comme tant d'autres l'avaient fait auparavant.

    "Laisse-moi tranquille", grogna-t-il.

    À sa grande surprise, la femme resta debout. Elle souriait – ses dents, même blanches, étaient disposées en rangées éblouissantes.
    "Avez-vous faim?" elle a demandé.
    "Non," répondit-il sarcastiquement. "Je viens de dîner avec le président. Maintenant, partez." Le sourire de la femme s'élargit encore davantage. Soudain, l'homme sentit une main douce sous son bras.

    "Que faites-vous, madame ?" » demanda l'homme avec colère. "J'ai dit de me laisser tranquille.

    À ce moment-là, un policier est arrivé. « Y a-t-il un problème, madame ? Il a demandé.

    "Pas de problème ici, officier", répondit la femme. « J'essaie juste de remettre cet homme sur pied. Veux-tu m'aider ?

    L'officier s'est gratté la tête. "C'est le vieux Jack. Il est un incontournable ici depuis quelques années. Que lui veux-tu ?"

    "Tu vois cette cafétéria là-bas ?" elle a demandé. "Je vais lui apporter quelque chose à manger et le sortir du froid pendant un moment."

    « Êtes-vous folle, madame ? le sans-abri a résisté. "Je ne veux pas y entrer !" Puis il sentit des mains fortes saisir son autre bras et le soulever.

    "Laissez-moi partir, officier. Je n'ai rien fait."

    "C'est une bonne affaire pour vous, Jack", répondit l'officier. "Ne fais pas exploser ça."

    Finalement, et avec quelques difficultés, la femme et le policier ont fait entrer Jack dans la cafétéria et l'ont assis à une table dans un coin éloigné. C'était le milieu de la matinée, donc la plupart des convives du petit-déjeuner étaient déjà partis et ceux du déjeuner n'étaient pas encore arrivés. Le directeur traversa la cafétéria et se plaça près de sa table.

    « Que se passe-t-il ici, officier ? Il a demandé. "Qu'est-ce que c'est que tout ça. Cet homme a-t-il des ennuis ?"

    "Cette dame a amené cet homme ici pour qu'il le nourrisse", a répondu le policier.

    "Pas ici!" » répondit le directeur avec colère. "Avoir une telle personne ici n'est pas bon pour les affaires."

    Le vieux Jack eut un sourire édenté. "Vous voyez, madame. Je vous l'avais bien dit. Maintenant, si vous me laissez partir. Je ne voulais pas venir ici en premier lieu."

    La femme se tourna vers le gérant de la cafétéria et sourit. "Monsieur, connaissez-vous Eddy and Associates, la société bancaire du coin de la rue ?"

    "Bien sûr que je le suis", répondit le manager avec impatience. "Ils tiennent leurs réunions hebdomadaires dans l'une de mes salles de banquet."

    "Et gagnez-vous beaucoup d'argent en fournissant de la nourriture lors de ces réunions hebdomadaires ?"

    "Quelle est votre affaire ?"

    "Monsieur, je suis Penelope Eddy, présidente et directrice générale de l'entreprise."

    "Oh."

    La femme sourit à nouveau. "Je pensais que cela pourrait faire une différence." Elle jeta un coup d'œil au flic qui était en train d'étouffer un rire. "Voudriez-vous nous rejoindre pour une tasse de café et un repas, officier ?"

    "Non merci, madame", a répondu l'officier. "Je suis en service."

    "Alors, peut-être, une tasse de café à emporter ?"

    "Oui, madame. Ce serait très bien."

    Le gérant de la cafétéria tourna les talons. "Je vais vous chercher votre café tout de suite, officier."

    L'officier l'a regardé s'éloigner. "Vous l'avez certainement remis à sa place", a-t-il déclaré.

    "Ce n'était pas mon intention. Croyez-le ou non, j'ai une raison pour tout cela."

    Elle s'assit à la table en face de son invité étonné. Elle le regarda attentivement. "Jack, tu te souviens de moi?"

    Le vieux Jack scruta son visage avec ses vieux yeux chassieux. "Je pense que oui – je veux dire, tu as l'air familier."

    "Je suis peut-être un peu plus âgée", dit-elle. "Peut-être que j'ai même rempli plus de formulaires que dans ma jeunesse, quand tu travaillais ici, et que je suis entré par cette même porte, froid et affamé."

    "Madame?" dit l'officier d'un ton interrogateur. Il ne pouvait pas croire qu'une femme aussi magnifiquement habillée ait pu avoir faim.

    "Je venais juste de sortir de l'université", commença la femme. "J'étais venu en ville à la recherche d'un emploi, mais je n'ai rien trouvé. Finalement, j'étais à court de quelques centimes et j'ai été expulsé de mon appartement. J'ai marché dans les rues pendant des jours. C'était en février et je " J'avais froid et j'étais presque affamé. J'ai vu cet endroit et je suis entré au cas où je pourrais trouver quelque chose à manger. "

    Jack s'éclaira d'un sourire. "Maintenant, je m'en souviens", dit-il. "J'étais derrière le comptoir de service. Vous êtes venu et m'avez demandé si vous pouviez travailler pour manger quelque chose. J'ai dit que c'était contraire à la politique de l'entreprise."

    "Je sais", a poursuivi la femme. "Puis tu m'as préparé le plus gros sandwich au rosbif que j'aie jamais vu, tu m'as donné une tasse de café et tu m'as dit d'aller à une table dans un coin et d'en profiter. J'avais peur que tu aies des ennuis. Puis, quand J'ai regardé, je t'ai vu mettre le prix de ma nourriture dans la caisse, je savais alors que tout irait bien."

    "Alors tu as lancé ta propre entreprise ?" » dit le vieux Jack.

    "J'ai trouvé un emploi l'après-midi même. J'ai gravi les échelons. Finalement, j'ai lancé ma propre entreprise qui, avec l'aide de Dieu, a prospéré." Elle ouvrit son sac et en sortit une carte de visite. "Quand vous aurez fini ici, je veux que vous rendiez visite à M. Lyons. C'est le directeur du personnel de mon entreprise. Je vais lui parler maintenant et je suis sûr qu'il trouvera quelque chose à faire pour vous. autour du bureau. » Elle a souri. "Je pense qu'il pourrait même trouver les fonds nécessaires pour te donner une petite avance afin que tu puisses acheter des vêtements et trouver un logement jusqu'à ce que tu te remettes sur pied. Si jamais tu as besoin de quoi que ce soit, ma porte t'est toujours ouverte."

    Il y avait des larmes dans les yeux du vieil homme. « Comment puis-je vous remercier ? » dit-il.

    "Ne me remerciez pas", répondit la femme. "A Dieu revient la gloire. Remerciez Jésus. Il m'a conduit à vous."

    À l’extérieur de la cafétéria, le policier et la femme se sont arrêtés à l’entrée avant de se séparer. "Merci pour toute votre aide, officier", dit-elle.

    "Au contraire, Mme Eddy," répondit-il. "Merci. J'ai vu un miracle aujourd'hui, quelque chose que je n'oublierai jamais. Et... Et merci pour le café."

    Si vous avez manqué de me connaître, vous n'avez manqué de rien.
    Si vous avez manqué certains de mes e-mails, vous avez peut-être manqué un rire.
    Mais, si vous avez manqué de connaître mon SEIGNEUR et SAUVEUR, JÉSUS-CHRIST, vous avez tout manqué au monde.

    Passez une merveilleuse semaine
    Et que Dieu vous bénisse toujours
  • Original Anglais Traduction Français

    This is a great story,dazz! A story like this makes me feel warm and touched. Most people are nice...some people just forget and some will always remember the rainy days when they feel warm and fulfilled. What goes around comes around...thanks for sharing.

    C'est une superbe histoire, éblouissant ! Une histoire comme celle-ci me réchauffe et me touche. La plupart des gens sont gentils... certains oublient simplement et certains se souviendront toujours des jours de pluie où ils se sentent au chaud et épanouis. Ce qui se passe revient... merci pour le partage.

  • Original Anglais Traduction Français

    What a great story dazz, I love reading stories like this.

    Quelle belle histoire, j'adore lire des histoires comme celle-ci.

  • Original Anglais Traduction Français

    Wow what a story.  We need more people like this in the world.

    Wow quelle histoire. Nous avons besoin de plus de personnes comme ça dans le monde.

  • Original Anglais Traduction Français

    THAT IS A GREAT STORY!! 

    You never know how much a tiny act of kindness can change someones life.

    C'EST UNE BELLE HISTOIRE!!

    On ne sait jamais à quel point un petit acte de gentillesse peut changer la vie de quelqu'un.

  • Original Anglais Traduction Français

    It's a great story and as someone already said - what goes around, comes around.  Thanks for posting this dazzlingdebra.

    blue

    C'est une belle histoire et comme quelqu'un l'a déjà dit : ce qui circule revient. Merci d'avoir publié cet éblouissantdebra.

    bleu

Réponse rapide

Veuillez saisir votre commentaire.

activités de LCB au cours des dernières 24 heures

Les messages les plus consultés du forum

tough_nut
tough_nut il y a environ 2 mois
11

Coinbets777 - Jetons gratuits exclusifs Nouveaux joueurs uniquement - États-Unis, OK ! 25  $ 30  $ 45 $ Jetons gratuits Comment réclamer le bonus : Les joueurs doivent s'inscrire via notre LIEN...
Coinbets777 Bonus exclusif sans dépôt

Dzile
Dzile Serbia il y a environ 15 jours
114

Bienvenue à un autre concours mensuel en argent réel ! Il fait chaud en juillet et le sera encore plus une fois que nous aurons lancé ce concours populaire, alors préparez-vous à gagner une...
Concours LCB de 500 $ en argent réel de juillet : testons les casinos !

František Kázmér
František Kázmér Slovakia il y a environ 2 mois
13

Code de pari gratuit de 25$ - BIGLEAGUE valorisé le 14.5.2024
Betwhale.ag Casino sans dépôt